Limiter la propagation

Traquer la résistance

Améliorer la prescription

Développer de nouvelles solutions

Les coûts associés à une épidémie d’infection nosocomiale par des bactéries résistantes aux antibiotiques peuvent être substantiels, mais leur calcul n’est pas toujours aisé. Le poids financier comprend des coûts directs ainsi que des coûts indirects ou coûts d’opportunité, comme le temps du personnel réaffecté, les écarts (excès ou perte) d’utilisation des lits ou la perte des revenus des soins qui auraient été apportés en l’absence de l’épidémie.

La difficulté de l’estimation de ces coûts a été démontrée dans une nouvelle étude réalisée au Royaume-Uni, dans laquelle les coûts associés à une épidémie, même de modeste ampleur, provoquée par des Enterobacteriaceae productrices de carbapénémase et touchant 40 patients pendant une durée de 10 mois, ont eu un impact financier significatif : €1,1 million ($1,2 million).1 Comme les épidémies peuvent entraîner des coûts importants, des mesures proactives, notamment le dépistage des patients à l’aide d’outils de diagnostic rapide, doivent être mises en place pour minimiser l’impact.

Tableau 1: Coûts associés à une épidémie d’ERC au Royaume-Uni

* Coûts relatifs mesurés par rapport au paramètre le moins coûteux, la surveillance dans le service

Ces chiffres ne prennent pas en compte le coût des améliorations dans l’établissement, les frais juridiques, l’impact sur la réputation de l’hôpital, ainsi que la morbidité et la mortalité associées à une épidémie. Parmi les 40 patients touchés par l’épidémie, 16 sont décédés, 5 ont quitté l’hôpital avec un programme de soins de fin de vie, 4 ont requis une hémodialyse continue, 12 ont requis des soins réguliers en ambulatoire et 3 ont quitté le système hospitalier.

Cliquez ici pour lire dans son intégralité l’article publié dans la revue Clinical Microbiology and Infection.

1. Otter JA, Burgess P, Davies F, Mookerjee S, et al. Counting the cost of an outbreak of carbapenemase-producing Enterobacteriaceae: an economic evaluation from a hospital perspective. Clin Microbiol Infect. 2016 Oct 13. pii: S1198-743X(16)30464-5 [Epub avant l’impression].

La pharmacorésistance constitue un problème sanitaire mondial complexe et d’évolution rapide. Pour le résoudre, nous avons besoin d’une collaboration entre les réseaux de surveillance de la résistance aux antibiotiques et les centres, afin de savoir quels agents pathogènes s’adaptent et où ils le font. Nous devons suivre chaque foyer et œuvrer rapidement pour en prévenir d’autres.1 La surveillance est primordiale — savoir c’est pouvoir.

 

Sans une action urgente et coordonnée, le monde se dirige vers une ère post-antibiotique, dans laquelle les infections courantes et les blessures légères, qui pouvaient être traitées depuis des décennies, pourront tuer à nouveau."

—Organisation Mondiale de la Santé, Rapport mondial sur la résistance aux antimicrobiens (2014)

 

Cepheid fournit des solutions de connectivité pour aider à suivre, gérer et réduire la propagation des infections.

Surveillance en temps réel et déclaration de la prévalence des infections critiques et de la résistance aux antibiotiques:

 

1. World Health Organization. “Antimicrobial resistance: global report on surveillance.” June, 2014.

Watch Now

Cepheid C360 est une plate-forme hébergée sécurisée, qui recueille l'information en temps réel de la surveillance des maladies via les Systèmes GeneXpert®. Regardez notre vidéo de présentation ci-dessous, et allez sur www.cepheidc360.com pour plus d'informations.

© 2018 Cepheid.